Vous êtes dans Home / Info / Directives pour la réouverture des Activités Économiques et Productives / Établissements Thermaux et Centres de bien-être

Établissements Thermaux et Centres de bien-être

Ces indications s’appliquent aux établissements thermaux et aux centres de bien-être, également inscrits dans des structures d’hébergement, et aux diverses activités pouvant être pratiquées dans ces structures (collectives et individuelles), telles que: fangothérapie, fango-balnéothérapie, balnéothérapie (bassin individuel ou piscine), irrigations vaginales, cycles de traitement de la surdité rhinogène (insufflations), services hydrothermaux destinés aux patients atteints de vasculopathies périphériques, soins inhalatoires (inhalations, nébulisations, aérosols, humages), thérapie hydropinique, cycles de traitement pour la réhabilitation neuro-motrice, la rééducation des déficiences motrices et la réhabilitation de la fonction respiratoire, prestations d’antrothérapie (grottes et poêles), traitements accessoires (massothérapie, bain à remous, sauna, bain turc).

Avant la réouverture des centres et la prestation des soins thermaux, il est nécessaire de réaliser des travaux spécifiques pour la prévention et la maîtrise du risque de contamination du système hydrique (par exemple contamination par la Légionelle).

Ces indications doivent être complétées, selon le contexte spécifique, par celles relatives aux piscines, aux structures d’hébergement et aux services à la personne.


INDICATIONS GÉNÉRALES

▪    Assurer une information et une sensibilisation adéquates des usagers sur les gestes barrières préconisés pour enrayer la transmission du SARS-CoV-2, en faisant également appel à la responsabilité de chacun et en interpellant, le cas échéant, le Directeur Sanitaire et/ou le Médecin Thermal. Les messages doivent être compréhensibles par tout usager d’une autre nationalité et peuvent être véhiculés par une signalétique et des panneaux appropriés, la fourniture d’informations, la promotion et le renforcement du respect des gestes barrières assuré par le personnel.

▪    Avant d’accéder aux structures thermales ou aux centres de bien-être, la température corporelle pourra être relevée, interdisant tout accès si elle est > à 37,5 °C. Pour les patients, la prise de température est effectuée lors de la visite médicale d’acceptation.

▪    Dresser un programme d’activités aussi planifié que possible afin de prévenir toutes situations de regroupement et réguler les flux dans les espaces communs, d’attente et dans les différentes zones du centre pour favoriser le respect de la distanciation physique d’au moins 1 mètre (à l’exception des personnes qui, conformément aux dispositions en vigueur, ne sont pas soumises à la distanciation physique; ce dernier aspect relève de la responsabilité individuelle). Dans la mesure du possible, prévoir des parcours séparés pour l’entrée et la sortie.

▪    Privilégier l’accès aux structures et à chaque service sur réservation et conserver la liste des présences pendant une période de 14 jours.

▪    Équiper l’établissement/la structure de bornes de solutions hydro-alcooliques pour le lavage des mains des usagers/clients/invités dans des points clairement visibles à l’entrée et dans des zones stratégiques pour en favoriser l’utilisation, en prévoyant l’obligation de se frictionner les mains dès l’entrée. Supprimer la disponibilité de magazines et de matériel d’information à usage partagé.

▪    L’emplacement destiné à la caisse et à la réception peut être équipé de barrières physiques (par exemple des écrans); en alternative, le personnel doit porter un masque de protection et avoir à disposition une solution hydro-alcoolique pour le lavage des mains. Dans tous les cas, privilégier les modes de paiement électronique, éventuellement au moment de la commande. Le préposé au service de réception doit, à la fin de ses heures de travail, nettoyer la surface de travail et, si possible, les dispositifs d’enregistrement des arrivées et des départs.

▪    Dans les espaces communs couverts, le masque doit être porté lorsqu’il n’est pas possible de respecter la distance d’au moins 1 mètre tandis que le personnel employé est tenu de toujours utiliser le masque en présence des clients et dans toutes les situations où il n’est pas possible de garantir la distanciation physique d’au moins un mètre.

▪    Aménager les espaces et les activités dans les zones des vestiaires et des douches afin d’assurer la distanciation d’au moins 1 mètre (par exemple, prévoir des postes d’utilisation alternés ou séparés par des barrières). Dans tous les vestiaires ou dans les espaces prévus pour se changer, les vêtements et effets personnels doivent être rangés dans son sac personnel, même s’ils sont déposés dans les casiers prévus à cet effet; il est recommandé de proscrire le partage des casiers et de mettre des sachets à disposition pour ranger les effets personnels.

▪    Pour les prestations thermales qui l’exigent sur la base de la réglementation en vigueur, lors de la visite médicale d’admission aux soins, porter une attention particulière à tout symptôme compatible avec le COVID-19. Pour les visites médicales et les consultations spécialisées éventuellement effectuées au sein des structures thermales, consulter les indications pour la prestation en toute sécurité des traitements sanitaires.

▪    Réglementer la disposition des équipements (chaises longues, transats) par des parcours dédiés de manière à garantir une distance d’au moins 1,5 mètre entre les équipements et favoriser une distanciation physique d’au moins 1 mètre entre les personnes n’appartenant pas à la même famille ou les cohabitants. Les équipements doivent être désinfectés à chaque changement de personne ou de famille. Dans tous les cas, la désinfection doit être assurée à la fin de chaque journée.

▪    Éviter le partage d’objets et de linge: l’usager devra accéder au service équipé de tout le nécessaire, de préférence fourni par la structure elle-même. Pour toutes les activités dans des contextes différents, toujours prévoir l’utilisation d’une serviette personnelle pour les séances.

▪    Assurer la plus grande distanciation possible entre les parasols éventuellement prévus pour le solarium et les espaces dédiés; respecter dans tous les cas la limite minimale de distance entre les parasols d’une même rangée et entre les rangées, avec une surface minimale d’ombrage de 10 m2 par piquet. En cas d’utilisation d’autres systèmes d’ombrage, des espaces de distanciation équivalents à ceux garantis pour le positionnement des parasols devront toutefois être garantis.

▪    Rappelons les règles habituelles de sécurité hygiénique dans l’eau de piscine et dans le centre de bien-être, ainsi qu’avant chaque traitement à la personne: avant d’entrer, prendre systématiquement une douche savonnée intégrale.

▪    Nettoyage et désinfection réguliers et fréquents des parties communes, vestiaires, cabines, douches, sanitaires, équipements (chaises longues, chaises, transats, y compris les équipements flottants), en accordant une attention particulière aux objets et surfaces le plus fréquemment touchés (par exemple poignées, interrupteurs, mains courantes, etc.).

▪    Fournir une formation adéquate au personnel de la structure.

▪    Pour les activités de restauration, consulter la fiche thématique spécifique. Il est dans tous les cas interdit de consommer de la nourriture dans les zones thermales ou du centre de bien-être qui ne permettent pas un service correspondant à celui prévu pour les activités de restauration.

▪    Pour tous les lieux couverts, favoriser le renouvellement de l’air en intérieur. Pour les systèmes de climatisation, il est obligatoire, si cela est techniquement possible, d’exclure totalement la fonction de recirculation de l’air; si cela n’est techniquement pas possible, les mesures de renouvellement de l’air naturel doivent être davantage renforcées et dans tous les cas le nettoyage, une fois le système arrêté, des filtres à air de recirculation doit être garanti pour maintenir des niveaux adéquats de filtration/élimination, selon les indications techniques mentionnées dans le document de l’Institut Supérieur de Santé.

TRAITEMENTS À LA PERSONNE (par exemple fango-balnéothérapie, massothérapie)

▪    L’opérateur et le client qui, pendant toute la durée de la prestation, doivent maintenir une distance inférieure à 1 mètre, porter, en fonction du service spécifique, un masque de protection des voies respiratoires (sous réserve, pour l’opérateur, des éventuels équipements de protection individuelle supplémentaires associés à des risques spécifiques propres à sa fonction). Concernant en particulier les services nécessitant une distance rapprochée, l’opérateur doit porter une visière de protection et un masque FFP2 sans valve.

▪    L’opérateur doit procéder à un lavage fréquent des mains avec des solutions hydro-alcooliques et toujours avant et après chaque service fourni au client; pour chaque service, il doit utiliser des blouses/tabliers si possible à usage unique. Les gants doivent être différenciés entre ceux utilisés dans le traitement et ceux habituellement utilisés dans le contexte environnemental.

▪    Les massages sans gants sont autorisés à condition que l’opérateur, avant et après chaque client, procède au lavage et à la désinfection de ses mains et avant-bras et que, pendant le massage, il ne se touche jamais visage, nez, bouche et yeux. Cette recommandation s’applique également en cas d’utilisation de gants à usage unique.

▪    Pour tous les soins personnels et en particulier pour la fangothérapie, l’utilisation de serviettes à usage unique est recommandée. Les lits, ainsi que les surfaces et tout objet non jetable, doivent être nettoyés et désinfectés à la fin du traitement.

▪    La salle ou le lieu utilisé/e pour le traitement doit être à usage individuel ou réservé à une même famille ou aux cohabitants qui accèdent au service (à l’exception des traitements par inhalation, mentionnés aux points suivants). Les salles/les lieux à usage collectif doivent toujours avoir des dimensions garantissant le maintien constant de la distanciation physique d’au moins 1 mètre aussi bien entre les clients qu’entre les opérateurs pendant toutes les prestations fournies.

▪    Entre un traitement et l’autre, aérer les locaux, assurer un nettoyage et une désinfection des salles et des surfaces en accordant une attention particulière à celles qui sont le plus fréquemment touchées (par exemple poignées, interrupteurs, mains courantes, etc.).

▪    Le client doit utiliser un masque de protection des voies respiratoires pendant le traitement (sauf dans la douche thérapeutique et en cas d’application de boue sur le visage) et procéder à un lavage des mains conforme avant d’accéder au traitement et à la fin de ce dernier.

▪ L’operatore e il cliente, per tutto il tempo in cui, per l’espletamento della prestazione, devono mantenere una distanza inferiore a 1 metro devono indossare, compatibilmente con lo specifico servizio, una mascherina a protezione delle vie aeree (fatti salvi, per l’operatore, eventuali dispositivi di protezione individuale aggiuntivi associati a rischi specifici propri della mansione). In particolare per i servizi che richiedono una distanza ravvicinata, l’operatore deve indossare la visiera protettiva e mascherina FFP2 senza valvola.



PISCINES THERMALES

▪    Prévoir un plan de régulation des accès aux piscines avec une attention particulière aux locaux intérieurs et aux espaces clos. Dans la mesure du possible, prévoir des voies d’accès et de sortie obligatoires aux/des piscines et aux/des espaces verts pour faciliter la distanciation.

▪    La densité de concentration des bassins est calculée selon un indice de 7 m2 de surface d’eau par personne pour les piscines où la taille et les règles de l’équipement permettent la baignade; si la baignade n’est pas autorisée, il suffit de calculer un indice de 4 m2 d’eau par personne. L’exploitant est donc tenu, en fonction des zones disponibles, de calculer et de gérer les entrées des usagers dans l’établissement.

▪    Privilégier les piscines extérieures pour les activités collectives (par exemple aquabike, aquagym) et limiter l’utilisation des espaces intérieurs. Lors des activités collectives, limiter le nombre de participants afin d’assurer la distanciation physique d’au moins 2 mètres, avec une attention particulière aux activités physiques les plus intenses. Dans les locaux intérieurs, attendre au moins 1 heure entre une activité collective et la suivante en aérant convenablement la pièce.

▪    Les bassins ou les bains à remous pour lesquels il n’est pas possible de respecter les surfaces d’eau par personne mentionnées au point précédent devront être utilisés par un seul baigneur, à l’exception des membres de la même famille, des cohabitants, des personnes qui occupent la même chambre ou des personnes qui, conformément aux dispositions en vigueur, ne sont pas soumises à la distanciation physique. Ce dernier aspect relève de la responsabilité individuelle.

▪    L’activité d’hydrokinésithérapie doit être pratiquée autant que possible dans des bassins dédiés permettant à l’opérateur d’indiquer les mouvements au patient tout en restant hors de l’eau, sauf dans les cas où la présence de l’opérateur dans l’eau est essentielle (par exemple assistance à un patient handicapé). Dans ce cas, l’opérateur et le client doivent porter dans la mesure du possible un masque de protection des voies respiratoires. À la fin de chaque séance, tous les instruments doivent être désinfectés.

▪    Le cas échéant, maintenir la concentration de désinfectant dans l’eau, dans les limites recommandées et conformément aux normes et standards internationaux, de préférence dans les limites supérieures du débit. En alternative, activer les traitements physiques aux limites supérieures du débit ou le renouvellement maximal de l’eau dans le bassin sur la base du débit maximal de captage.


CENTRES DE BIEN-ÊTRE

▪    Prévoir un accès régulé aux locaux pour maintenir la distanciation physique d’au moins 2 mètres dans tous les lieux clos, sauf pour les personnes de la même famille, les cohabitants, les personnes qui occupent la même chambre ou les personnes qui, conformément aux dispositions en vigueur, ne sont pas soumises à la distanciation physique. Ce dernier aspect relève de la responsabilité individuelle.

▪    Interdire l’accès aux environnements très chauds et humides (par exemple le bain turc) et au sauna. L’accès à ces structures ne pourra être autorisé que dans le cadre d’un service exclusif offert aux occupants des chambres.

▪    Pour les clients, port du masque obligatoire dans les zones d’attente internes et en tout cas selon les indications exposées par la structure.



TRAITEMENTS PAR INHALATION

En ce qui concerne les thérapies par inhalation inscrites dans les Niveaux d’assistance essentiels, destinées au traitement des pathologies ORL et respiratoires, et individuelles, les établissements devront garantir, outre une anamnèse très scrupuleuse et spécifique concernant la présence de symptômes associés au COVID-19 et tout contact connu avec des cas de COVID-19, les mesures suivantes:

o    toutes les thérapies devront être effectuées en respectant la distanciation physique (à garantir également à travers une occupation alternée des emplacements).

o    les emplacements devront être soigneusement désinfectés entre une prestation et l’autre et des protocoles de vérification de l’efficacité de la désinfection devront être définis.

o    les locaux devront être équipés d’un système de renouvellement de l’air efficace, comme l’exigent la législation en vigueur et les indications relatives à l’Institut Supérieur de Santé (ISS), afin de garantir à la fois la circulation de l’air et son renouvellement.

▪    Les traitements collectifs par inhalation, l’antrothérapie en milieux chauds et humides (grottes) et en milieux chauds et secs (poêles), les inhalations par jet de vapeur sont proscrits, à moins que l’établissement ne dispose d’emplacements isolés à une place et que l’on procède à une désinfection complète de l’environnement entre un patient et le suivant.