Vous êtes dans Home / Idées de voyage / Art et histoire / La Sardaigne et ses nuraghes

La Sardaigne et ses nuraghes

La Sardaigne avec sa nature luxuriante et ses grands monuments en pierre, les nuraghi (nuraghes), loin des plages surpeuplées, est un lieu suggestif et mystérieux.
Un itinéraire long 200 Km allant de Cagliari à la ville de Nuoro, à la découverte des témoignages d'une civilisation ultra millénaire ainsi que des usages et coutumes d'un peuple extraordinaire. On ne connait pas beaucoup sur l'ancienne civilisation des nuraghes, mise à part le fait qu'il s'agissait d'un peuple de bergers et paysans, qui vivait dans de petites communautés et qui a habité la Sardaigne pendant huit siècles, en construisant ces extraordinaires structures (on en compte environ 7000 dans toute l'île) desquelles on ne connaît pas précisément l'utilisation: constructions défensives, des forteresses ou, encore, des temples.

Nuraghe Is paras
Certes, le nuraghe représentait le centre de la vie sociale de ces tribus qui nous ont aussi laissé d'autres constructions mégalithiques telles que les nécropoles, les tombes et les lieux de culte. Le point de départ de notre itinéraire est la ville de Cagliari, chef-lieu régional ainsi que port principale de la Sardaigne, où il faut absolument visiter le Musée archéologique national, le plus important au monde pour ce qui concerne la civilisation des nuraghes.
Une autre étape obligée est l'amphithéâtre romain et la cité haute, dans le vieux hameau Castello, où est encore bien visible l'empreinte espagnole. Enfin, un regard vers la cathédrale romantique retouchée de façon à lui conférer des formes baroques et néoromantiques et le bastion Saint Rémy, un point panoramique absolument stratégique.

De Cagliari on prend la route nationale qui traverse la plaine du Campidano où affleurent des restes de nuraghes, parmi lesquels le Sa Uga, encore bien visible. 
La deuxième étape de notre voyage est Barumini, où se trouve l'extraordinaire complexe Su Nuraxi- site classé au Patrimoine de l'Humanité l'UNESCO- dominé par le majestueux nuraghe entouré d'un grand village (habité de 1600 av. J.-C. au III siècle ap. J.-C.). 
Autour du nuraghe central haut 15 mètres, il y a quatre tours latérales unies par une enceinte. Dans la partie intérieure de la tour centrale, qui conserve encore intacts ses deux étages, se trouve une cour ayant la forme d'hémicycle avec un puits de 20 mètres de profondeur. Des cabanes à base ronde sont également visibles.

En poursuivant vers le nord, nous conseillons une excursion sur le plateau de la Giara où l'on peut observer des chevalins à l'état sauvage courir en liberté.
On rejoint donc la troisième destination, le petit village d'Isili, qui donne sur la vallée du Sarcidano, très fréquentée par les passionnés d'escalade et de canotage.
Dans cette zone on retrouve plusieurs nuraghes, parmi lesquels le Is Paras (avec sa belle voûte qui pour son hauteur d'environ 12 mètres vante le primat de la plus haute voûte de Sardaigne) et le domus de janas (maison des fées ou des sorcières) des tombes néolithiques creusées dans la roche  qui simulaient l'intérieur des habitations et desquelles on retrouve quelques exemples également à Goni et Pimentel.

Après un arrêt à Nurallao, qui accueille la tombe mégalithique de Aiodda, l'itinéraire poursuit vers Laconi, le villagedes menhirs, des monolithes aux dimensions variables et parfois finement travaillés, parmi lesquels beaucoup se trouvent au Musée archéologique civique. À voir aussi, les restes du château médiéval immergés dans un parc protégé, ainsi que les nombreux nuraghes.

Situés au pied du massif Gennargentu, où vivent les mouflons et les aigles royaux, on retrouve la commune d'Aritzo, caractérisée par ses maisons en pierre et ses amples balcons en bois. 

Poursuivant notre itinéraire vers le nord, on tombe sur trois étapes importantes: Fonni, la commune la  plus haute de la Sardaigne, située à 1000 mètres d'altitude; Gavoi avec le beau lac de Gusana; et Ollolai, dans la zone de San Basilio (Saint Basile), où se trouvent des anciennes sépultures  réalisées en clôturant avec des murs à sec des anfractuosités naturelles. 

Juste avant de rejoindre Nuoro, un détournement nous conduit à Sedilo, siège des Tombes des géants et de la forteresse nuragique. A Sedillo se trouve également une des plus grandes nécropoles d'hypogées présentes en Sardaigne, le Domus de Janas di Iloi, qui vante jusqu'à présent la découverte de 34 tombes. Nous rejoignons enfin la fin de notre itinéraire: Nuoro, la capitale de la Barbagia et de la culture des populations des montagnes. Ville natale de Grazia Deledda, prix Nobel pour la littérature, dont on peut visiter la Maison-Musée, Nuoro héberge également le Musée de la vie et des traditions populaires sardes. Mis à part la possibilité de voir les nombreux restes de nuraghes et de se promener à travers les parcs du Gennargentu, on peut également rejoindre le sommet du Mont Ortobene sur lequel se trouve la grande statue bénissante du Christ Rédempteur.
C'est avec cette image évocatrice de Nuoro que s'accomplit notre itinéraire dans la Sardaigne des nuraghes.

Informations utiles

Choses à acheter
Toute la production de l'artisanat sarde se trouve à Cagliari. Isili est la capitale des tapis, des couvre-lits et des sacoches de selle, complètement tissus à la main. A Nuoro on peut trouver des pièces de bijouterie uniques avec une filigrane minutieusement travaillée, masques en bois, tapis, tapisseries, coussins et rideaux réalisés à la main. A Aritzo on peut acheter des coffres et d'autres objets en bois sculpté, tandis qu' à Ollolai les typiques paniers en asphodèle. Partout on retrouve les splendides céramiques locales.
Parmi les spécialités gastronomiques à acheter ou simplement à déguster: pain, huile extra-vierge d'olive, raviolis et gnocchetti (petits gnocchi), miel, rôtis de viande à la broche (entre autres le cochonnet, agneau et chevreau), parfumés aux herbes aromatiques, fromages (pecorino, ricotta et caciocavallo) charcuterie (saucisses, jambons et lardons) et les desserts, souvent  fourrés avec du fromage frais ou avec des noix, des amandes, des noisettes et des raisins. Parmi les vins Doc (Dénomination d'origine contrôlée) de Sardaigne, nous suggérons: le Cannonau, le Nuragus, le Monica, le Mandrolisai, le Girò. Excellents les vins à dessert Malvasua, Moscato et Nasco.

Manifestations
Pendant la période de Carnaval, la Barbagia se déguise avec des masques terrifiants: il suffit de se rendre à Mamoiada ou à Orgosolo, à Ottana et Fonni, tandis qu'à Gavoi des groupes masqués accompagnent le pantin du roi Carnaval. Chaque année, le lundi de Pâques, se déroule à Tonara la Sagra du Touron, avec dégustations de vin, gâteaux et assiettes particulières.
Le 1er mai à Cagliari on fête la Sagra de Sant'Efisio (Fête de Saint Efisio, qui libera le chef-lieu régional de la peste e de l'invasion des pirates), avec des cars décores trainées par des bœufs et des chevaux joliment habillés. Le dernier dimanche de juillet, en occasion de la fête au sanctuaire de la Madone d'Itria à 8 Km de Gavoi ont lieu les courses des chevaux de race anglo-arabe-sarde et des manifestations folkloriques.
La dernière semaine d'août, se déroule à Nuoro la Sagra del Redentore (Fête du Rédempteur), pendant laquelle défilent plus de 3000 costumes avec des spectacles et des danses. Un moment très prenant ainsi qu'une parfaite synthèse de la culture sarde.