Vous êtes dans Home / Découvrez l'Italie / Sicile / Syracuse

Syracuse

  • Description
  • Choses à voir
  • Choses à faire
  • Choses à manger

 

Syracuse, terre des merveilles.
Les traces de civilisations anciennes demeurent encore dans les rues.
Les architectures baroques représentent le renaissance.
Le ciel, le soleil et la mer l’entourent avec leur éclat.

Un voyage dans ce coin de la Sicile réveille des sentiments profonds, comme franchir les limites de temps et revenir des millénaires en arrière.

C'est ce que vous ressentez dans les rues de Syracuse, où les précieux témoignages évoquent la splendeur de la Grèce Antique et qui petit à petit accompagnent le visiteur dans les périodes successives qui ont eu un impact important sur l'histoire de cette ville.
Les Romains et les Byzantins, les Arabes et les Normands, les Souabes et les Aragonais, tous ont écrit leur part de l’histoire.
Neapolis, Akradina, Ortigia, Tyché, et Epipoli sont les quartiers de la ville ancienne. Leur nom suffit pour entrer dans une autre dimension.

Dans le parc de Neapolis et de l'île d'Ortigia, reliée à la terre ferme par trois ponts, se regroupent les monuments d’intérêt majeur.

Plongée dans la vallée Iblea, dans le cadre de la végétation Méditerranée, se trouve la nécropole de Pantalica, un lieu de grande valeur archéologique avec des milliers de tombes creusées dans la roche par les premiers habitants de cette terre et ensuite utilisées et agrandies par les Grecs et les Romains.

Noto et Palazzolo Acreide sont deux des huit villes de la Val di Noto, déclarée patrimoine mondial de l’humanité par l'UNESCO pour la richesse et le mérite de l'architecture du XVIIIe siècle, considérée parmi les plus belles expressions de l'art baroque tardif en Europe.
Des monuments d'une beauté extraordinaire entourés par une nature tout aussi étonnante.

Les monts Iblei descendent doucement vers la côte, animés par des renfoncements, des promontoires, des îlots et des étendues de plage de sable blanc.
Une étendue de couleur émeraude, avec des veines bleues de cobalt et des éclairs de lumière exaltant les nuances, qui complètent le paysage maritime de Syracuse.

A l'intérieur des terres, en particulier à proximité des rivières, il existe plusieurs sites naturels habités par une flore et une faune intéressante.

Saveurs antiques et une dynamique vie culturelle et folklorique complètent l'offre touristique de la province.



 

Le voyage à la découverte de cette terre commence par Ortigia, l’île du chef-lieu. Elle est à elle seule un musée entouré par l’’azur de la mer et du ciel. 

Les places, les rues et les ruelles dessinent le plan de ce petit écrin, avec ses palais, ses églises, ses temples, ses remparts et ses façades qui en décorent chaque recoin, ainsi que l’imposant Castello Maniace, d’époque souabe, qui domine l’extrême pointe de l’île, position idéale pour le contrôle des voies maritimes.
Face au Grand Port, la « promenade Adorno », et les délicates tonalités de ses palais du XIXe siècle qui en dessinent les contours, plus loin se trouve la Source d’Aretuse, l’un des endroits les plus remarquables d’Ortigia, souligné par le vert des Papyrus qui la décorent. 
Tournant le dos à la promenade maritime, la place dominée par le Dôme s’ouvre. Elle est un exemple exceptionnel de superposition de différents styles mais parfaitement assemblés entre eux.

Le Temple dorique dédié à Athéna est le cœur autour duquel à été construite l'église chrétienne d’époque byzantine, remaniée par la suite par les normands. La façade, détruite par un tremblement de terre, a été reconstruite au XVIIIe siècle en style baroque.

À proximité, dans l’ancien monastère San Benedetto, vous pourrez visiter le Palazzo Bellomo qui, outre le fait de présenter une architecture de nette influence souabe avec des signes d’interventions de style catalan, expose dans sa la Galerie régionale une riche collection artistique avec des sculptures de Domenico Gagini et Giovan Battista Mazzolo et des tableaux d’Antonello da Messina et du Caravage.

Sur le versant de l’Arsenal, le Temple d’Apollon, transformé d’abord en église, puis en mosquée par les Arabes et ensuite de nouveau en église par les normands. 

En traversant l’un des trois ponts, on entre dans la Syracuse de la terre ferme, haut lieu historique. Il suffit d’entrer dans le Parc Archéologique de Neapolis pour s’en rendre tout de suite compte. Le monde qui se découvre à vos yeux vous catapulte des milliers d’années en arrière. 
L’imposant Théâtre Grec, dont on peut observer la partie creusée dans la roche, est le plus renommé du monde antique et sert aujourd’hui de scène envoûtante pour les grandes manifestations théâtrales. 
Tout près, la Latomia del Paradiso et ses nombreuses carrières de pierre parmi lesquelles la Grotte des Cordiers, la Grotte du Salpêtre et celle que Caravage nomma« l’Oreille de Dionysos » à cause de ses effets acoustiques particuliers. 
L’Autel de Hiéron Ier et l’Amphithéâtre Romain sont d’autres précieux témoignages visibles à l’intérieur du Parc.
 
Ne ratez pas la visite au Musée archéologique régional « Paolo Orsi » : 9000 m² d’exposition à l’intérieur d’une structure moderne. Ses collections fournissent un cadre historique de la préhistoire jusqu’à la fin de la période classique. 

Une page charmante de l’histoire de la Méditerrané a été écrite à Pantalica, l’une des plus vieilles cités habitées de l’île, où le charme du passée s’unit à celui de la nature.
Cinque mille tombes en forme de grottes creusées dans la roche et l’Anàktoron, un monumental palais royal perché au sommet d’une colline, témoignent de la présence de l’homme, sur cette terre, déjà au temps de la préhistoire. Une valeur incomparable enrichie des beautés naturelles de la Réserve Naturelle de la Vallée de l’Anapo, avec ses gorges et ses profondes ravines. 

De l’archéologie à l’art.
Située sur un haut plateau qui domine la vallée de l’Asinaro se trouve la ville de Noto, berceau du baroque sicilien, l’une des plus belles villes de Sicile, inscrite au Patrimoine de l’Humanité.
Elle a été dénommée le « Jardin de pierre » et lorsque vous promènerez au gré des rues de la ville, vous comprendrez pourquoi : les palais, les églises, les stucs, les décorations et les frises témoignent du faste qui a caractérisé la Sicile au XVIIIe siècle. 

La Porte Royale marque l’entrée dans le centre historique, traversé par l’élégant Corso Vittorio Emanuele, interrompu par les trois places principales. Sur la Place de la Mairie s’ouvre l’imposant escalier qui mène au parvis de la Cathédrale, délimitée latéralement par deux tours à clocher. Trois palais du XIXe siècle - Vescovile, Lanolina et Ducezio - délimitent le périmètre de la place, une zone de trésors architecturaux.
Peu loin de là se situe le monumental complexe SS. Salvatore qui comprend le monastère, la basilique et le séminaire, chacun conçu dans des styles différents se mariant parfaitement entre eux, dans une synthèse de grand effet visuel. 

Ne ratez pas la visite de l’Église Santa Chiara, richement décorée des stucs, d’anges et de colonnades qui accueillent harmonieusement les œuvres sculpturales et picturales intérieures, et celle de l’Église San Domenico, chef d’œuvre de Rosario Gagliardi, avec sa façade convexe, ornée de colonnes, laissant présager sa beauté intérieure.
Vincenzo Sinatra, l’un des architectes qui ont le plus contribué à la renaissance de Noto, a réalisé l’Église de Montevergini.
La façade concave avec les tours campaniles délimite la rue Nicolaci qui semble comme habillée de fête, avec les splendides balcons qui animent l’extérieur du Palazzo Nicolaci Villadorata
Le triomphe des décors extérieurs et les riches fresques de l’artiste local Mazza sont visibles dans les salles intérieures et fond du Palazzo Trigona une véritable œuvre d’art.

Le pays de Palazzolo Acrèide est l’autre joyau baroque de la « Val di Noto », située dans la province de Syracuse.
Une promenade dans les rues du centre historique offre la possibilité d’admirer les splendides chefs d’œuvre du XVIIIe siècle, qui ont mérité la protection de l’Unesco. 

Les oasis vertes disséminées au cœur duterritoire de Syracuse sont très nombreuses. 
Des lieux dans lesquels redécouvrir une nature non polluée, en écoutant le silence interrompu uniquement par le bruissement des feuilles, par l'écoulement des eaux et par les voix des ses habitants. 

La Réserve naturelle de Vendicari, une bande côtière où la salinité des eaux a contribué à créer un écosystème très particulier, est riches en charmes. Elle est appelée « l’hôtel des oiseaux » car c’est là qu’ils trouvent l’habitat idéal pendant la période de migration. 
L’amateur d’observation ornithologique équipé de jumelles pourra, surtout dans les premières heures de la matinée et en fin d’après-midi, observer environ deux cents espèces d’oiseaux. 

La Réserve naturelle Cavagrande del Cassabile, avec ses bois riches en platanes orientaux, saules, peupliers et frênes autour d’un profond canyon creusé par les eaux du fleuve ne vous laissera pas indifférent.

Le paysage qui entoure les rivages du fleuve Ciane, alimenté par les sources de Pisima et Pisimotta, qui se jette dans le Golfe de Syracuse est fascinant.
Des petits lacs, des rivières et des sources s’infiltrent dans le vert des papyrus, une plante typique du Nil mais rare chez nous. 
C’est un environnement idéal pour les passionnés de canoë
Mais aussi pour d’agréables randonnées, qui vous donneront l’occasion admirer toute la beauté de ces lieux. 

Des plages, des falaises, une mer cristalline et de jolies localités, voici ce que la côte de la province offre, l’une des plus belles de notre patrimoine naturel. 

Au sud de Syracuse se situe la zone marine protégée de Plemmirio qui comprend la péninsule de la Maddalena
Le paysage présente des littoraux blancs et des falaises hautes et rocheuses, par endroits creusées par l’érosion de la mer. 
À visiter, la Grotte de Capo Meli, la Grotte del Gambero et la Grotte della Pillirina, magnifiques pour ceux qui aiment les explorations en bateau, fantastiques pour les passionnés de spéléologie marine. 
Certaines pénètrent jusque dans l’arrière-pays et lorsque il y a de violentes tempêtes,il est impressionnant de voir les colonnes d’eau qui sjaillissent avec force de ces cavités, pouvant atteindre jusqu’à 20 mètres de hauteur.
 
Entre Augusta et Capo Passero, entre le printemps et l’automne, vous pourrez observer différents cétacés.
Croisez les doigts, et si vous avez de la chance vous pourrez tomber sur un aimable dauphin ou une petite baleine qui, silencieux, traversent la mer sous vos yeux. 

La tradition et le folklore représentent l’autre âme de l’histoire d’un peuple, et les Siciliens ont toujours précieusement conservé leurs anciennes coutumes. 
Ainsi toute la province offre un programme de fêtes populaires et religieuses, riche en manifestations.
 
« L’Infiorata » qui voit Noto « s’allumer » de couleurs chatoyantes est remarquable. Des milliers de pétales de fleurs sont disposés artistiquement le long de la rue Nicolaci et aux balcons des maisons. 
Joie et allégresse animent les rues de la ville, où le faste du baroque s’unit à la beauté de la nature. 
Le programme des manifestations culturelles proposées par le chef-lieu et par les communes de la province est également très varié. 

Un voyage n’est jamais complet si l’on ne déguste pas les saveurs du lieu, et cela vaut encore plus lorsque l’on visite des terres dans lesquelles la gastronomie est l’un des éléments principaux de la culture de son peuple.
Le lien très fort entre la mer et Syracuse nous le retrouvons aussi dans ses spécialités.

A déguster l’espadon à la « stemperata », frit et baigné dans une sauce à base d’oignons et de câpres, le thon frais cuit avec des tomates, des poivrons et des oignons et la soupe de poisson à la syracusaine.
Excellents également les homards, les cigales de mer et les langoustes.
<

Le poisson représente l’assaisonnement préféré aussi pour beaucoup des premiers plats comme les spaghettis au noir de seiche, aux fruits de mer, aux langoustines et avec anchois et chapelure.
Les excellentes viandes de porc favorisent la production d’une très bonne charcuterie.

Excellentes les amandes d’Avola, ingrédient principal de pâtisserie tres sucrèes sicilienne et le renommé nougat.
A part la pâtisserie, la Sicile est renommée pour les glaces et les sorbet.
Ici on peut les déguster dans leur version classique – café, citron, fraise et mûre – ou bien aromatisées au jasmin et à la rose.

L’histoire est racontée également par l’art œnologique et cette province peut vanter le renommé « Nero d’Avola », un vin rouge raffiné, dont la production remonte à la nuit des temps.