Vous êtes dans Home / Découvrez l'Italie / Sardaigne / Oristano

Oristano

  • Description
  • Choses à voir
  • Choses à faire
  • Choses à manger

 La province d’Oristano se trouve dans la partie centre-ovest de la Sardaigne. 
Elle confine au nord avec la province de Sassari, à l’est avec la province de Nuoro, et au sud avec les provinces de Medio Campidano et de Cagliari. Elle s’étend sur une superficie de 3 040 kilomètres carrés et comprend 88 communes. 
Le territoire de cette province est extrêmement varié: vous vous déplacerez de la vaste plaine du Campidano (qui traverse aussi partiellement les provinces de Medio Campidano, de Carbonia-Iglesias et de Cagliari) jusqu’au massif du Mont Ferru, dont le sommet le plus élevé, appelé le Mont Urtigu, dépasse les 1 000 mètres. 
C’est aussi à cette province qu’appartient la Presqu’île du Sinis. Il y a en tout 90 kilomètres de côtes à l’aspect très varié: une alternance de plages sablonneuses, de falaises calcaires, de côtes rocheuses avec de longues falaises élevées qui tombent à pic dans la mer. 
La province est également traversée par deux cours d'eau importants: le Tirso, qui se jette dans le Golfe d’Oristano et qui est, avec ses 152 kilomètres, le fleuve le plus long de Sardaigne, et le Temo, unique fleuve navigable (même s’il ne l’est que partiellement) de l’île. 
La province d’Oristano comprend également de nombreuses zones protégées, comme le Parc Naturel Régional de Monte Arci, la zone naturelle protégée de la Presqu’île du Sinis - Isola Mal di Ventre et le Monument Naturel de S'Archittu à Santa Caterina, dans l’arrondissement de Cuglieri, une arche de 15 mètres créée par l’érosion marine des parois calcaires de ce qui, autrefois, constituait une grotte. 
Autour du chef-lieu de province, Oristano, naissent de multiples étangs, répartis sur une superficie totale de six mille hectares. Le plus connu est l’étang de Cabras, considéré comme l’un des principaux milieux palustres d’Europe. Communiquant avec la mer, il abrite de nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques rares (parmi lesquels la nette rousse, le canard sauvage, le héron pourpré, la foulque et la poule sultane), mais il est également très peuplé de poissons comme les bars, les anguilles et les mulets dont les œufs sont utilisés pour préparer la Bottarga, spécialité très recherchée pour l’assaisonnement des mets. Citons également l’étang de Mistras, royaume des mouettes et des flamants, celui de Sale Porcus, oasis permanent de protection de la faune et celui d’Is Benas, où vous pourrez pêcher le caniottu, une dorade de petite taille et délicieusement parfumée. 
Dans la province d’Oristano, enfin, vous découvrirez le Lac artificiel Omodeo, qui tire son nom de l’ingénieur milanais (Angelo Omodeo) qui le réalisa entre 1918 et 1924 à des fins d’irrigation, de production d’énergie électrique et de ralentissement des crues du Tirso. 

Le chef-lieu de province, Oristano, est riche en monuments. Parmi eux, citons la Cathédrale Santa Maria Assunta, édifiée en l’an 1200 et remaniée en style baroque au dix-huitième siècle, l’Église San Francesco qui abrite une magnifique sculpture en bois représentant le Christ Crucifié et datant du quinzième siècle, la Piazza Eleonora, où se trouve le monument en marbre de 1881 dédié à Eleonora d’Arborea, qui dirigea Oristano et promut la Carta de Logu, considérée comme l’un des premiers exemples de constitution au monde. Citons encore la Tour de Mariano II et le musée Antiquarium Arborense.
À quelques kilomètres d’Oristano, en vous dirigeant vers le golfe du même nom, après Cabras et son intéressant Musée municipal, vous trouverez l’Église S. Giovanni di Sinis, située dans le bourg homonyme et remontant au quatrième siècle, ainsi que la splendide zone archéologique de Tharros, véritable musée à ciel ouvert, riche en témoignages sur l’histoire de cette petite ville fondée par les phéniciens au huitième siècle avant J.C., sur les ruines d’un village antérieur nuragique. Parmi les édifices les plus intéressants, le Tophet, un sanctuaire propre aux cités phéniciennes et puniques, les thermes, les fondations du temple ainsi que des maisons et des boutiques artisanales.
Non loin de Tharros, vous découvrirez le petit village de San Salvatore, qui conserve, à l’intérieur de la chapelle du Cristo Salvatore l’hypogée de San Salvatore, un sanctuaire païen d’origine nuragique lié au culte des eaux. À signaler également dans la région, la magnifique plage d’Is Autas, constituée, en grande partie, de sable quartzeux, la plage de Mari Ermi et les spectaculaires falaises de Su Tingiosu.
À 4,5 milles de la côte, vous visiterez enfin l’Ile de Mal di Ventre, royaume des lapins, des tortues et des reptiles : l’île fait partie de la zone marine protégée Penisola del Sinis. Dans la partie méridionale de la province, au sud d’Oristano, vous découvrirez deux petits villages qui méritent le détour: Santa Giusta, où l’on peut admirer des vestiges phéniciens et romains et sa cathédrale en style roman du douzième siècle, et Arborea, avec ses petits immeubles de style art nouveau et néo-gothique, ainsi que son palais municipal à l’intérieur duquel est exposée la collection municipale archéologique composée de témoignages puniques, romains et du haut Moyen-âge, retrouvés dans des nécropoles du territoire.
Dans la partie nord-est de la province, à environ 25 kilomètres du chef-lieu, signalons la petite ville de Fordongianus, célèbre pour ses nombreux vestiges historiques et préhistoriques présents sur le territoire, pour certains remontant à l’époque romaine (des ruines d’aqueducs, d’amphithéâtre, de pont et d’édifices urbains) avec ses fameux thermes. Aux portes de la petite ville se trouve l’Église S. Lussorio, construite au douzième siècle sur un hypogée paléochrétien où d’après la tradition aurait été enseveli San Lussorio, martyrisé en ce même lieu, lors des persécutions de l’empereur romain en l’an 304.
Rappelons également, près de la commune de Ghilarza, la Maison-Musée d’Antonio Gramsci, où le penseur et homme politique sarde vécut entre 1898 et 1908. Et c’est encore dans cette région que vous visiterez deux des monuments préhistoriques les plus importants de l’île: le complexe des Nuraghe Losa (losa signifie “tombe” en sarde), et le Sanctuaire nuragique de Santa Cristina avec son célèbre puits sacré. Signalons enfin, dans la partie nord-ouest de la province, la délicieuse petite ville de Bosa, riche en monuments fort intéressants, parmi lesquels le Castello di Serravalle, abritant l’Église di Nostra Signora de Regnos Altos, la Cathédrale de l’Immaculée Conception, l’Église du Carmine et l’Église de San Pietro Extra Muros, à quelques pas du centre habité.

Pour ceux qui aiment la nature, le Parc Naturel Régional de Monte Arci offre des paysages uniques, idéaux pour des randonnées pédestres à vélo ou à cheval, à la découverte de la riche faune et flore locale: ils pourront admirer les forêts de chêne-verts et la garrigue méditerranéenne peuplée de sangliers, de renards, de chats sauvages, de martres et de belettes. Parmi les oiseaux, le pigeon, le geai, la huppe, la corneille, le faucon pèlerin, l’épervier, l’autour et le faucon crécerelle. La région de Monte Arci s’intègre dans le périmètre du Parc Géo-minéral Historique et Environnemental de Sardaigne.
La province d’Oristano possède plus de 6 000 hectares d’étangs, sites privilégiés pour les passionnés d’observation ornithologique, où ils pourront repérer des flamants, des hérons pourprés, des aigrettes garcettes, des poules sultanes et de nombreuses autres espèces d’oiseaux très rares.
La zone naturelle marine protégée de Penisola del Sinis - Isola Mal di Ventre, est, pour sa part, le lieu idéal pour pratiquer la plongée sous-marine ou la plongée libre, mais également le tourisme de pêche, une activité qui permet aux touristes de monter à bord de chalutiers spécifiquement équipés et de se transformer, le temps d’une journée, en pêcheurs expérimentés.
Pour ceux qui, en revanche, préfèrent la tradition, la province d’Oristano offre, durant toute l’année, une série de rendez-vous et de manifestations folkloriques. La plus célèbre est la Sartiglia, une course de chevaux d’origine médiévale qui se tient à Oristano le dernier dimanche et le mardi de Carnaval. Dans le petit village de San Salvatore, vous pourrez assister à la traditionnelle Corsa degli scalzi, qui, le premier samedi de septembre, rassemble des centaines de jeunes, vêtus d’une bure blanche et pieds-nus. Ils portent une statue en bois représentant Jésus, du petit village de Cabras jusqu’à la chapelle de Cristo Salvatore. Dans le bourg de Sedilo, en revanche, les 6 et 7 juillet se tient l'Ardia, une course à cheval, effrénée et téméraire, qui rend hommage à Constantin I, l’empereur romain qui en 312 vainquit Massenzio, usurpateur de Rome, au cours de la bataille de Ponte Milvio. Le premier dimanche de septembre, enfin, a lieu, dans le petit village de Marrubiu, la fête du miel, du fromage, de la saucisse et du vin : une occasion de connaître et d’apprécier les produits typiques de la région.

Les produits de la mer et de la campagne se retrouvent dans la cuisine de la province d’Oristano.
Cela va du poisson de Cabras (dorades, bars, anguilles), préparé de différentes façons, à la Merca, un mulet cuit au court-bouillon puis enroulé dans des feuilles des marais. Un autre plat très recherché de la région porte le nom de Bottarga : ce sont des œufs de mulet salés, pressés et séchés à déguster en tranches ou râpés sur les spaghettis.
À Oristano, on prépare les Bocconi, mollusques cuits dans une eau salée et enfin les Malloreddus all'oristanese, petits gnocchis de pâtes de semoule, servis avec des épinards, des blettes, des œufs et de la crème.
Parmi les autres mets typiques du chef-lieu, vous trouverez la poule au myrte (poule bouillie puis parfumée avec de petites branches de myrte) et le Su Ghisau, viande braisée faite à partir de plusieurs types de viandes. Ajoutons que dans la province les viandes les plus utilisées sont celles d’agneau et de cochon de lait.
Pour les desserts, citons les Mustazzolus, biscuits à base de moût concentré, de farine de froment, de levure et de sucre: ils ont une forme de losange et sont recouverts de sucre glace. Mais aussi les Zippole, de longs beignets de Carnaval, aromatisés à l’eau de vie et consommés sur toute l’île.
Pour les vins, signalons l’Arborea, le Vernaccia d’Oristano, un vin célèbre au niveau international, et le Nuragus, le Vermentin, le Sangiovese, le Semidano, le Moscato et le Bovale.