Vous êtes dans Home / Découvrez l'Italie / Marches / Ancône

Ancône

  • Description
  • Choses à voir
  • Choses à faire
  • Choses à manger

Chef-lieu de la région des Marches, Ancône est situé sur le promontoire du Mont Conero et donne directement sur la mer. Fondée par les Grecs, la ville s’est développé considérablement quand l’Empereur Hadrien fit agrandir le petit port, depuis toujours de grande importance stratégique pour le commerce maritime de la Mer méditerranée. 
Ancône donne sur la mer Adriatique, où se trouve l’un des plus importants ports italiens. C’est aussi une ville d’art avec un centre historique riche en monuments et avec une histoire millénaire, ainsi que l’un des principaux centres économiques de la région et le premier centre urbain en termes de dimensions et nombre d’habitants.

La ville se partage en deux parties: un milieu historique, adjacent au col du Guasco, et une partie moderne.
L’itinéraire peut partir depuis le point le plus haut où se trouve la Cathédrale de Saint Ciriaco, avec sa façade en marbre blanc et rose, qui domine la ville du haut du col du Guasco où sont encore visibles les restes de l'ancienne Acropole. En descendant vers le port on se trouve l’Arc Trionfal de Trajan, on arrive aux vestiges de l’Amphithéâtre Romain (Ier siècle apr. J.-C.) avec des bains thermaux et de magnifiques fresques. A ne pas manquer la "Mole Vanvitelliana" réalisée par le célèbre architecte Luigi Vanvitelli au cours du XVIIIe siècle et l'Eglise Santa Maria della Piazza de style roman (XIe siècle).

Une grande partie du territoire d’ Ancône est inclus dans Parc Régional du Conero, caractérisé par de grands bois de maquis méditerranéens, roches en surplomb sur la mer, plages joignables uniquement en nageant, campagnes préservées où l’on retrouve de nombreux produits de la terre (lavande, miel huile d’olive, légumes). Parmi les localités du Parc nous signalons Portonovo, une charmante destination très fréquentée des habitants du lieu et des touristes grâce à la présence de bois, plages et monuments historiques.

L’histoire d’Ancône et de sa province est étroitement liée à la mer. Il semble en effet que la ville fut fondée par les Grecs de Syracuse au cours du IVe siècle avant Jésus Christ, vue la position géographique "en coude" qui s’adaptait bien à la construction d’un port. Ce n’est pas un hasard si le nom dérive du mot “ankon” qui en grec veut dire "coude". La zone du port devient immédiatement un point stratégique pour les commerces avec l’Orient. 
La ville se divise en deux parties : un milieu historique, adjacent au col du Guasco, et une partie moderne. L’itinéraire peut partir depuis le point le plus haut où se trouve la Cathédrale de Saint Ciriaco. En descendant vers le port on se trouve l’Arc Trionfal de Trajan, on arrive aux vestiges de l’Amphithéâtre Romain

A ne pas manquer la "Molede Vanvitelli et, à proximité, l’Eglise Saint-Augustin. Pour ceux qui aiment particulièrement l’art, sur la place du Plebiscito, l’Eglise Saint-Dominique abrite la "Crucifixion" du Titien et l’Annonciation de Guercino; nous signalons aussi le "Palazzo degli anziani" (Palais des Anciens) avec sa façade baroque, qui est maintenant le siège de l’université; "Palazzo Ferretti" du XVIe siècle, qui abrite le Musée Archéologique de la région des Marches. 
La Pinacothèque Communale "Francesco Podesti" et la Galerie d’Art Moderne, en revanche, abritent la Vierge à l’Enfant et les Saints du Titien, la Madone à l’Enfant de Carlo Crivelli, des œuvres Lorenzo Lotto, Sebastiano del Piombo et Corrado Cagli. 

En se déplaçant d’Ancône vers le nord on arrive à Chiaravalle, connue pour sa célèbre Abbaye, située sur la grande place dans le centre de la ville. Plus à l’intérieur voici Jesi, fondée par les anciens habitants de l’Ombrie, très intéressante du point de vue historique car elle vit passer les Etrusques, les Gaulois Sénons et les Romains. A ne pas manquer, en se déplaçant vers le nord, la “Rocca Roveresca” de Senigallia, emblème de la ville construite sur des fondations romaines. En position panoramique entre les vallées du Cesano et du Nevola, la patrie de Santa Maria Goretti et destination de pèlerinages, Corinaldo, et dans les alentours nous rencontrerons deux autres bourgs évocateurs: Ostra et Ostra Vetere. 

Vers la frontière avec l’Ombrie, enchâssée entre les montagnes, la ville de Fabriano, connue pour l’art du papier dès le XIIIe siècle. 
En revenant vers la côte, à 18 km au sud d’Ancône sur les collines entre les vallées de l’Aspio et du Musone, nous trouvons Osimo, riche en vestiges de la période classique. Enfin, en passant par Castelfidardo et qui mérite une visite, Loreto, siège du plus grand Sanctuaire Marial en Italie, exemple typique de centre urbain qui se roque sur un sanctuaire, avec sa Basilique et la Sainte Maison, avec des œuvres d’une beauté admirable qui se trouvent aussi auprès du Musée Pinacothèque située dans le palais Apostolique. 

Le territoire de la province d' Ancône offre différentes possibilités de combiner l’activité physique et la beauté des lieux que peuvent admirer les passionnés du cyclotourisme et de l’équitation. 

Pour les passionnés des rochers, il y a l’école d’alpinisme, et pour ceux qui préfèrent la neige ils pourront pratiquer le ski alpin ou le ski de fond. Les trois parcours à l’intérieur des Grottes de Frasassi permettent de pratiquer du spéléotrekking accompagné de guides spécialisées. 
Sa structure géographique et la présence de parcs offrent différents itinéraires pour les passionnés de trekking et de VTT. La côte de Senigallia à Ancône endroit idéal pour ceux qui veulent faire de plongée, de la voile, de la pêche sportive et du parachute. 

Citons quelques rendez-vous traditionnels d’Ancône: la Fête de la mer, qui a lieu le premier dimanche de septembre, une procession de centaines de bateaux qui, depuis le port, vont au large pour honorer les morts de la mer, alors que sur terre se tiennent des défilés, des spectacles et la foire des Arcs. Peu avant la date prévue pour la fête de la mer, se déroule la spectaculaire Régate du Conero
Très nombreuses sont les fêtes et les manifestations historiques. Parmi celles-ci “La Dispute du puits de la Polenta” à Corinaldo, qui évoque la victoire de ses habitants en 1517 et qui se clôture avec l’assignation du Palio au quartier qui gagne les différentes compétitions. 

Les produits typiques peuvent être dégustés sur tout le territoire. 
Le symbole de la tradition gastronomique est le “stoccafisso all'anconitana” (merluche à la façon de Ancône), protégé par une académie constituée à cet effet, les moules à “la marinara” ou en assaisonnement à une plat de spaghetti, ou la véritable spécialité du lieu, le superbe “brodetto all’anconetana”, une dense soupe de poisson servie avec du pain grillé qui, selon la tradition, doit être préparée en utilisant treize différentes qualités de poisson. 

Un peu de partout, mais surtout dans la province d’Ancône et de Macerata, on peut déguster les “vincigrassi”, une timbale faite de couches de pâtes à l’œuf et assaisonnés avec de la sauce bolognaise, mozzarella et parmesan. 
A déguster aussi la truffe, noire ou blanche, la charcuterie comme par exemple le “ciavuscolo”, typique de la zone plus intérieure, le “mezzafegato”, saucisson produit sur le territoire de Fabriano, les fromages de vache, de chèvre et de brebis. 

Les itinéraires oenogastronomiques suivent le parcours des exploitations agricoles qui produisent les véritables spécialités de la province: le “Verdicchio dei Castelli di Jesi”, qui a été défini comme “ambassadeur” de la région des Marche, qui est considéré comme étant un parmi les dix meilleurs vins blancs et le “Rosso Conero", vin historique à qui on attribue un jugement flatteur de Pline l’ancien.