Vous êtes dans Home / Découvrez l'Italie / Campanie / Site archéologique de Pompei

Site archéologique de Pompei



Pompéi: Histoire du Site Archéologique

L'ancienne Pompéi s'élève sur un plateau (à environ 30 mètres d'altitude), formé par une coulée lavique du Vésuve, surplombant la vallée de la rivière Sarno dont l'embouchure accueillait un port très actif. 
Les informations sur les origines de la ville sont incertaines. Les témoignages les plus anciens remontent à la fin du VIIe siècle et la première moitié du VIe siècle av. J.-C., quand fut construite la première enceinte de tuf, appelée "pappamonte", délimitant une aire d'environ 63,5 hectares.
Une civilisation "mixte", dans laquelle se fondaient des éléments appartenant à la culture indigène, étrusque et grecque, contribua au développement de la ville. 
Vers la fin du Ve siècle av. J.-C., les Samnites, venant des montagnes de l'Irpinia et du Samnium, envahirent la plaine de l'actuelle région de Campanie (qui veut dire "plaine fertile"), conquirent et insérèrent les villes du Vésuve et les villes côtières dans une ligue dont la capitale était Nuceria. Pendant l'époque des Samnites, Pompéi reçut une forte impulsion vers l'urbanisation à travers la construction d'une nouvelle fortification en calcaire de Sarno aussi datant du Ve siècle av. J.-C., qui devait suivre un parcours similaire au précédent. 

Vers la fin du IVe siècle av. J.-C., après une nouvelle pression des populations des Samnites, Rome envahit le sud de l'Italie: les systèmes d'alliances et les victorieuses campagnes militaires (343-290 av. J.-C.) la rendirent hégémonique dans toute la région de Campanie. Pompéi entra donc comme membre (alliée) dans l'organisation politique de la Res Publica romaine, à laquelle, cependant, elle se rebella avec d'autres populations italiques entre 90 et 89 av. J.-C., qui réclamaient à Rome la même dignité socio-politique. Assiégée par les troupes de P. Cornelius Sulla, la ville capitula et devint une colonie romaine sous le nom de Cornelia Veneria Pompeianorum (80 av. J.-C.). 
Après la déduction de la colonie, Pompéi fut enrichie de bâtiments privés et publics, et surtout pendant l'époque des empereurs Auguste (27 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) et Tibère (14-37 ap. J.-C.).

En 62 après J.-C., un violent tremblement de terre frappa toute la zone du Vésuve. À Pompéi, la reconstruction commença immédiatement mais à cause de la portée des dégâts et de l'essaim sismique qui suivit, elle prit beaucoup de temps: dix-sept ans plus tard, quand le 24 août de 79 après J.-C. l'éruption soudaine du Vésuve l'enterra de cendres et de lapilli, Pompéi se présenta comme un chantier encore ouvert. 

Elle fut redécouverte au XVIe siècle, mais seulement en 1748 commença l'exploration sous le roi de Naples Charles III de Bourbon, et continua systématiquement au cours du XIXe siècle, jusqu'aux fouilles, à la restauration et à la valorisation les plus récentes de l'ancienne ville et de son patrimoine unique d'architectures, de sculptures, de peintures et de mosaïques. Le site archéologique de Pompei s'étend pour d'environ 66 hectares, dont 45 hectares ont été fouillés. G. Fiorelli a divisé la ville en regions (quartiers) et insulae (blocs) en 1858, pour des raisons d'étude et d'orientation. Les maisons, quand on ne connaît pas le nom du propriétaire, ont été renommées par les fouilleurs, sur la base des découvertes spéciales ou d'autres circonstances. 

Pompéi: histoire des fouilles
 
Les fouilles ont commencé en 1748, sous le royaume de Charles de Bourbon, Roi des Deux-Siciles, pour conférer prestige à la maison royale. 
Ils ont continué sporadiquement et dans différents points de la zone, qui seulement quelques années plus tard fut identifiée comme Pompéi, sans un plan systématique. Il a été mise donc au jour une partie de la nécropole, à l'extérieur de porte Herculanum, le Temple d'Isis et une partie du quartier des théâtres. 
Pendant l’occupation française, au début du XIXe siècle, a vu une augmentation des fouilles qui s'arrêtèrent au retour des Bourbons. Il y avait des fouilles dans la zone de l'amphithéâtre et du Forum, et aussi dans celle de porte Herculanum et des théâtres. A fait grand bruit la découverte de la maison du Faune, avec une grande mosaïque représentant la bataille d'Alexandre a fait grand bruit.

Après l'unification de l'Italie et la nomination de Giuseppe Fiorelli en tant que directeur des fouilles (en 1861), il y eut un changement dans la méthode de travail. Ils ont essayé de relier ce qui fut mis au jour et de procéder systématiquement, de garder des registres plus détaillés sur les fouilles, de laisser sur place les peintures (précédemment elles furent enlevées et transportées au musée de Naples). On introduisit ensuite la méthode de la moulage en plâtre, qui permit de récupérer l'image des victimes de l'éruption. 

Au début du XXe siècle, l'exploration s'étendit progressivement, longeant les rues vers la partie orientale de la ville, avec beaucoup d’attention aux traces laissées par l'étage supérieur des maisons. Après cela, on arrive à la longue période (1924-1961), marquée par Amedeo Maiuri, caractérisée par une intense activité: il faut mentionner, en plus de la découverte d'édifices prestigieux (comme la Villa des Mystères), l'achèvement de la délimitation de la ville, les fouilles d'une grande partie des régions I et II et de la nécropole de Porte Nocera, le début de l'exploration méthodique des couches sous-jacentes au niveau qui remonte au 79 après J.-C., à la recherche des phases les plus anciennes de Pompéi. 

Ces dernières décennies, on a préféré concentrer les ressources limitées disponibles (largement insuffisantes, même pour ce seul objectif) sur la restauration et l'entretien des édifices déjà mis au jour plutôt que de continuer les fouilles.